Phoenix à la Cigale

Assez étrange la manière dont a été annoncé ce concert de Phoenix à la Cigale, coup d’envoi de leur tournée française pour la sortie du fabuleux « Bankrupt ». Une petite salle, ce qui est bien loin de nous déplaire, et surtout très peu de places mises en ventes, dont nous avons tout de même réussi à dénicher deux sésames avec un petit coup de chance. Il faut dire qu’après avoir assisté à trois de leurs concerts lors de leur dernière tournée pour « Wolgang Amadeus Phoenix », on est bien placés pour dire qu’un live de Phoenix est toujours un immense moment !

C’est donc la Cigale qui sera notre temple d’un soir, certainement l’une des plus belle salle parisienne, avec son ambiance intimiste hors du commun et idéale pour assister à un live de nos chouchous versaillais. La première partie sera assurée par Arnaud Fleurent-Didier, avec sa chanson française pop et originale, bien qu’un peu maladroit en live. Un moment agréable pour patienter avant le grand moment.

21h pile, les lumières se tamisent, la Cigale hurle de toute ses forces. Comme à leur habitude, les Phoenix entament d’entrée avec leur tube du moment Entertainment. Le refrain résonne à peine que les frissons nous gagnent. On sent déjà que ce concert sera spécial, d’autant que le public est véritablement déchaîné.

La suite du concert sera un enchainement de tubes, que ce soit en mêlant leurs plus grand succès d’antan (If I Ever Feel Better en tête), une bonne partie de leur répertoire de « Wolgang Amadeus Phoenix » et bien entendu des titres de leur nouvel album « Bankrupt » taillés pour le live. La prestation de Thomas Mars au chant est impeccable. Pratiquement pas le temps de souffler entre chaque morceau, ce live est d’une solidité et d’une intensité rare, la marque d’un grand groupe plein de maîtrise. A chaque note l’émotion nous gagne et nous transporte.

Comme sur leur précédente tournée, l’instrumental Love Like a Sunset viendra couper le concert, pour un intermède très électro, pendant que Thomas se repose en coulisse. Cet incroyable morceau viendra ensuite se mélanger peu à peu en Bankrupt pour un résultat assez dingue qui a désormais un nom : Sunskrupt!. Le public est en transe, rarement nous avions vu une Cigale dans un tel état. L’autre moment inoubliable du concert viendra vers la fin, sur 1901, lorsque Thomas se jettera dans la fosse. Il parcourt alors la foule en chantant, puis viendra s’agripper au premier balcon de la Cigale, sous nos yeux. Se sentant pousser des ailes, le boyfriend de Sofia Coppola, aidé du public, commence alors à escalader le balcon supérieur, pour terminer le morceau perché tout là-haut alors que le public chante en communion. Il semble alors aussi ému que nous. Dingue.

Image de prévisualisation YouTube

Pour finir, histoire d’intensifier encore plus ce beau bordel, Thomas invitera le public à se joindre avec lui sur scène, pour un final ahurissant au son de Rome. Nous n’avions jamais vu les versaillais si sur-excités, de là à en péter volontairement leur micro pour l’offrir aux fans. C’est dans tout ce tumulte que se finira ce concert ; on sera alors un peu déçus de ne pas assister à un rappel pour entendre notre nouveau titre préféré Bourgeois. Mais après tout on ne leur en voudra pas, après un tel concert et une telle prestation. Cela faisait trois ans que les Phoenix n’étaient pas venus en France… et que ça nous avait manqué ! Une prestation live qui restera gravée dans nos mémoires et comme un très très grand moment de cette année 2013. Il n’y a qu’une chose à dire : Merci !

Share This:

Alexis

"La musique dans la peau !" comme dirait l'autre. @Alexis2MP

  • Nizar Barkley

    bravo pour cet article ! merci

  • Nizar Barkley

    bravo pour cet article ! merci


NOUS CONTACTER

Pour toute demande ou proposition
de partenariats, vous pouvez nous contacter
à 2muchponey@gmail.com

Conçu sous Wordpress, hebergé chez OVH.