Crossover Jour 2

Retour au pays pour ce petit festival niçois.Si on avait fait l’impasse la veille sur Cypress Hill et leur hip-hop légendaire, impossible de manquer la seconde soirée de concerts mettant à l’affiche la douce mais talentueuse Charlotte Gainsbourg et nos chouchous Metronomy. Comme nous ce sont 3000 personnes qui se sont rassemblées pour prouver ainsi qu’il n’y a définitivement pas qu’à Paris qu’il se passe des choses sympas!

Avec ses allures d’arènes, le Théâtre de Verdure était l’endroit parfait pour accueillir ce Crossover. Face à la mer et sous les pins, avec sa scène légèrement surélevée et fosse en escalier, le Théâtre de Verdure ne ressemble plus vraiment à l’endroit, où en 2001, on avait vu Manau ! Il faut dire aussi que ce soir là, tous les hipsters de Nice s’étaient rassemblés pour écouter les murmures de Charlotte Gainsbourg et l’éléctro-pop endiablée de Metronomy.

Charlotte Gainsbourg ouvrira le bal aux alentours de 21H. Alors qu’on l’avait vu à la Cigale en 2010 en pantalon de cuir noir et maquillage appuyé elle apparaît sur scène toute de blanc vêtue. Sorte de « Terrible Angels » futuriste accompagnée par un Connan Mockasin qui a oublié ses dauphins amoureux (Forever Dolphin Love titre de son premier album CQFD) pour la  suivre en tournée après leur collaboration en studio . Ensemble, ils enchainent les titres de « Stage Whisper », proposent des versions totalement revisitées de IRM et surtout combinent leur talent pour un set d’une grande beauté.

/**/

Charlotte Gainsbourg souriante mais jamais dans l’excès est touchante. Sa pudeur légendaire identifiable au premier regard vers un public conquis nous raconte son bonheur d’être sur scène et son sentiment d’être bien chanceuse. Et oui, Charlotte Gainsbourg, rare artiste capable de transformer en or tous ses projets et surtout d’exceller autant au cinéma que dans la chanson, n’a jamais pris la grosse tête ! Simple toujours, la fille du Grand Serge ne se trompera jamais ni quand elle reprend les chansons de son premier album (Ouvertures éclair magnifique ) ni quand elle s’attaque à l’immense David Bowie pour une cover de Ashes to Ashes juste superbe. Pendant près d’une heure, la pop mélancolique de Charlotte s’accorde comme par magie avec l’univers de Connnan Mockasin pour un résultat des plus poétiques et des plus envoutants.

Un set un peu court toutefois qui nous laissera un peu sur notre faim. Et même si l’on est fasciné par le talent de ces deux anges, leur capacité à changer d’instruments, à créer, à revisiter et à s’accorder, on aurait aimé une plus grande prise de risque de la part de Charlotte. Peut-être parce qu’on avait entendu à la radio le matin même que sur cette tournée elle n’avait plus peur de l’ombre de son père, on s’attendait à ce qu’elle reprenne plus de chansons de « Lemon Incest » ou qu’elle joue des tubes de Serge …

Après ce très joli moment tout en délicatesse, les anglais de Metronomy font une entrée fracassante sur Some Written alors que derrière nous un feu d’artifice vient colorer le ciel. Même décor que lors de leur passage à la Cigale l’année dernière mais changement de line-up. Les mouettes de « The English Riviera » ne viennent plus ouvrir le bal mais presque le finir tandis qu’Anna Prior s’affirme comme membre fondamental du groupe ! On oublie aussi les petites lumières accrochées à leur poitrine (nous on les aimait bien pourtant !!) pour revenir à un set ultra-dansant taillé pour les festivals. Dans le public c’est une folie douce qui se dessine très vite. Des gens en transe se laissant emporter par cette English Riviera toujours aussi efficace.

Image de prévisualisation YouTube

Comme à son habitude la bande à Joseph Mount ne se contente pas de jouer les morceaux de son dernier album mais alterne avec brio titres de English Riviera et tubes de « Nights Out ». Heartbreaker, The End of you too, Holiday ou A Thing for Me feront décoller les talons des derniers résistants ! Si l’ambiance avait un peu du mal à décoller (public niçois oblige … ) le concert s’envolera complètement pour ne plus jamais retomber. Parfois, Metronomy pose un peu ses riffs sauvages pour laisser la magie opérer autrement. Et dans ce rôle, c’est enfin la jolie rousse Anna Prior qui va exceller. Lors d’un sublime Everything Goes My Way ou sur les cœurs de Trouble la voix délicate de la batteuse nous emporte vers d’autres cieux. Très en retrait lors de leur tournée 2011, on est heureux de la voir enfin prendre le micro ou lâcher un peu sa batterie le temps d’un morceau.

De retour pour un final inoubliable sur Radio Ladio, les anglais auront laissé sur cette french Riviera une emprunte indélébile. De notre côté on se dit que l’ambiance sera quintuplée à Solidays fin juin et qu’on ne manquera pour rien au monde le passage sur la Grande Scène de Metronomy même si cela fera la quatrième fois qu’on les verra et même si on commence à connaitre par cœur les rouages de leur show !

M.

Share This:

2MuchPoney


NOUS CONTACTER

Pour toute demande ou proposition
de partenariats, vous pouvez nous contacter
à 2muchponey@gmail.com

Conçu sous Wordpress, hebergé chez OVH.