Restless

Après l’inoubliable Harvey Milk, Gus Van Sant revient avec Restless, un film sur l’adolescence (pour changer !) beau et touchant. Un bel hommage à la vie malgré un sujet très sombre.

Bien qu’en phase terminale d’un cancer, la jeune et jolie Annabel Cotton est animée d’un amour profond de la vie et de la nature. De son côté, Enoch Brae a cessé d’avoir envie de faire partie du monde depuis que ses parents sont tragiquement morts dans un accident. Lorsque ces deux êtres à part se rencontrent à un enterrement, ils se découvrent d’étonnants points communs. Pour Enoch, dont le meilleur ami se trouve être le fantôme d’un pilote de guerre kamikaze, et Annabel, qui voue une fascination à Charles Darwin et à la vie de toute créature, c’est le début d’une relation exceptionnelle. En apprenant la mort imminente d’Annabel, Enoch propose de l’aider à vivre ses derniers jours avec intensité, au point de défier le destin, les traditions et la mort elle-même.

Après sa très émouvante insertion dans la vie du politicien Harvey Milk, Gus Van Sant choisit de se concentrer autour de ce qui semble être son sujet de prédilection : l’adolescence. Après Elephant ou Paranoid Park, le réalisateur de Will Hunting se penche à nouveau sur les jeunes, leurs problèmes, leurs passions et cette fois ci leurs amours. Restless, c’est avant tout ceci : une magnifique histoire d’amour entre deux jeunes gens. Une rencontre, un coup de foudre. Et le reste ne passe finalement qu’au second plan. Gus Van Sant parvient à raconter une très belle histoire d’amour naissante entre deux adolescents bien atypiques. Lui passe son temps aux enterrements, elle, apprend par cœur les différentes espèces d’oiseaux de mer. Les clichés du beau gosse Quarterback et de la jolie Pom Pom Girl sont alors très loin. Et pourtant ces deux solitaires vont se rencontrer, se découvrir, s’apprécier pour finalement vivre un magnifique amour.

Mais rien n’est si simple dans le cinéma de Gus Van Sant. A à peine 17 ans leur amour est condamné. Annabel a un cancer du cerveau et n’a plus que trois mois à vivre. Mais au lieu de se concentrer sur la maladie, et la mort, le réalisateur choisit de filmer la vie. Il y a dans Restless beaucoup de dérisions (notamment lors de la « Death Scene » théâtralisée) et de légèreté qui nous font presque oublier le caractère dramatique du film. Pour la première fois, le cancer d’une enfant n’est pas si triste et c’est son amour pour la vie qu’on retiendra. Loin d’être un film tout sourire, on n’en ressort pas pour autant traumatisé. Touché bien sur, mais pas en larmes. Gus Van Sant réussit le pari fou de traiter d’un sujet aussi grave avec une immense légèreté et une poésie parfaite.

Dans le rôle des « amants maudits » on retrouve Mia Wasikowska (la Alice d’Alice aux Pays des Merveilles) qu’on avait déjà bien remarqué dans The Kids are All Right. Elle est d’une beauté solaire et crève l’écran. Quant à son partenaire, Henry Hopper (fils du mythique Dennis) il n’y a pas grand chose à dire tant il est parfait dans son premier rôle au cinéma. Charmant, mystérieux, passionné, et très étrange, Henry Hopper est une véritable révélation et interprète avec une rare justesse cet adolescent à qui la vie ne fait aucun cadeau. La relève est bien là !

Sans jamais être morbide (et pourtant la mort est omniprésente…) Restless est une petite fable enchantée drôle et touchante où les enterrements ne sont pas si tristes et la vie pas toujours tendre. Une fable où les protagonistes sont en proie à des doutes existentiels et les histoires d’amour sont impossibles. On est proche de Garden State, on pense aussi à Submarine, à Deep End ou à tous ces films mettant en scène des adolescents un peu à part…

De Restless on oubliera le cancer mais on retiendra l’histoire d’amour entre l’écorché Enoch et l’optimiste Annabel. Une histoire juste belle portée par une BO nostalgique à souhait (Merci Danny Elfman ) qui donne envie de retomber amoureux comme à 17 ans.

M.

Share This:

2MuchPoney


NOUS CONTACTER

Pour toute demande ou proposition
de partenariats, vous pouvez nous contacter
à 2muchponey@gmail.com

Conçu sous Wordpress, hebergé chez OVH.