Mommy

S’il y a bien un réalisateur qui ne perd pas de temps c’est bien Xavier Dolan. 25 ans, toutes ses dents et surtout auteur déjà de 5 films tous plus brillants les uns que les autres. Après le très tortueux (mais non moins intéressant) Tom à la ferme en début d’année, voilà qu’on le retrouve ce mois-ci avec Mommy.

539215

Mommy c’est l’histoire d’un adolescent, Steve, atteint de troubles du comportement et de sa mère un peu trop grande pour la vie qu’on lui a imposé. Mommy c’est aussi l’histoire d’une voisine qui va voir dans ce duo bancal une bouffée d’air frais à inhaler d’urgence. Mommy c’est l’histoire de ces trois drôles de personnage à la recherche d’une renaissance. Mommy ou une question difficile à élucider : peut-on résoudre tous les maux ? Le bonheur est-il à la portée de chacun ? Sommes- nous plus forts que le destin ?

Vous l’aurez compris, Mommy n’est pas un film léger. Oubliez la jeunesse et la naïveté des amours imaginaires et plongez en eaux troubles à la recherche d’une vie meilleure. Difficile d’échapper aux filets lancés par Dolan, qui, à la manière des plus grands, parvient à nous emporter dans un mélo dramatique qui s’illumine et s’assombrit tour à tour. C’est d’ailleurs là que se trouve la plus grande force du film. Comment peut-on faire un film aussi lumineux et désespérant en même temps ? Xavier Dolan a réussi son tour de magie et nous fait passer ainsi par toutes les émotions. Agacés par ce garçon vraiment pas facile à vivre, nous voici à le trouver touchant voir carrément émouvant (oubliez tout vos aprioris de Vivo Per Lei et attendez l’estocade…). Tout comme cette mère, un peu à côté de la plaque pourtant prête à tout pour prouver qu’ils peuvent ensemble sortir de l’hiver. Et si certaines scènes nous auront collés des frissons et parfois même fait monter quelques larmes, d’autres nous auront enchantés par leur optimisme.

481191

Bloqués et impuissants devant ce cadre bien trop réduit pour dégager notre regard, nous auront vécus grâce à Xavier Dolan une expérience impossible à oublier. Avec eux dans leur misère, on voudrait les aider à pousser les limites de l’écran pour les extraire vers une vie meilleure qu’ils méritent plus que n’importe qui ! Jamais la douleur et la solitude nous auront pris autant de court. Jamais elles n’avaient été si bien transposées à l’écran. Mélo grand public, Mommy est parsemé de vrais moment de grâce qu’on a du mal à oublier. Si on est tant captivés c’est sans doute grâce à l’interprétation des trois acteurs principaux. Anne Dorval et Suzanne Clément sont absolument merveilleuses et existent chacune sans faire de l’ombre à l’autre. Une vraie prouesse assez rare pour être soulignée. Pour tenir tête à ces deux phénomènes, il fallait un jeune acteur capable de brûler l’écran. Xavier Dolan l’a trouvé en la personne d’ Antoine-Olivier Pilon absolument solaire aussi exaspérant qu’agaçant qui vient compléter un trio qui servira de référence dans les années à venir !

Difficile d’expliquer l’effet Mommy. On pourra seulement vous dire qu’on aura eu du mal à retrouver la parole à l’issue de la projection, du mal à respirer… Du mal à accepter de manière si frontale la dureté et la cruauté de la vie. Si ce n’est pas le film de l’année ça y ressemble fortement !

493467

Share This:

Marine

" J'ai toujours rêvé de faire du cinéma. Comment vous êtes entré dans le cinéma ? C'est pasque je connais l'ouvreuse... " @Marine2MP


NOUS CONTACTER

Pour toute demande ou proposition
de partenariats, vous pouvez nous contacter
à 2muchponey@gmail.com

Conçu sous Wordpress, hebergé chez OVH.