La Reine des Pommes

Avant La Guerre est déclarée, Valérie Donzelli signait un premier film très personnel et très prometteur. Co-écrit avec son acolyte Jéremie Elkaïm, La Reine Des Pommes est un film original dans sa forme et magnifique dans le fond. Un bel essai avant la tornade La Guerre est déclarée.

Adèle une jeune trentenaire se fait quitter par Mathieu, l’amour de sa vie. Anéantie, suffoquée, Adèle ne veut plus qu’une chose : mourir.
Rachel, une cousine éloignée, la prend en charge. Elle décide d’aider Adèle en essayant de lui trouver du travail, de lui redonner goût à la vie et de la conseiller sentimentalement.
Son principal conseil : coucher avec d’autres hommes afin de désacraliser cette histoire… À son corps et coeur défendant, Adèle part au combat et va rencontrer tour à tour un étudiant, Pierre, un homme marié, Jacques et un homme très mystérieux, Paul. Entre Pierre, Paul, Jacques Adèle ne sait plus où donner de la tête…

Nouvelle venue dans le cinéma français, Valérie Donzelli est en train de susciter un véritable engouement et de bouleverser les codes classiques du septième art. Elle est ce genre de femme inclassable qui transforme tout ce qu’elle touche en or. Ancienne architecte, elle devient actrice puis troque compas et règles contre une caméra et propose un cinéma nouveau, personnel et incroyablement poétique.

Nouveau d’abord dans sa forme. Valérie Donzelli décide de raconter une histoire banale mais d’une manière très originale et sans artifices. Adèle perd son amour, son double, Mathieu qui la quitte sans ménagement. Sans lui elle n’est plus rien. Elle n’a pas de travail, pas d’amis et pas d’appartement et ne sait même pas envoyer un texto… Elle n’a plus aucun goût en la vie et préférerait mourir. Pourtant sur les conseils et la persévérance de sa tante elle va se forcer, reprendre des forces et commencer une vie normale. Là, elle rencontre trois hommes successivement : Pierre, Paul, Jacques.  Et là où Valérie Donzelli est maligne c’est qu’elle fait jouer ces trois rôles masculins à son acolyte de toujours : Jérémie Elkaïm. A l’écran on comprend ce choix : tellement amoureuse de Mathieu et bouleversée par son absence, Adèle va voir dans chacun de ses nouveaux amants une ressemblance frappante avec son ex. Un mimétisme inquiétant et fascinant qui montre qu’après une rupture on cherche dans le nouveau partenaire une part de l’être manquant. Une mise en scène exquise et profondément inspirée.

Dans sa forme, La Reine des Pommes a tout pour dérouter. D’abord par ces personnages joués par le même acteur mais surtout par une mise en scène très particulière. Les acteurs ne jouent presque pas mais se contentent de réciter leur texte. Certain devrait profondément détester le jeu d’acteur (ou le non jeu) de Jérémie Elkaïm mais passé cette barrière le cinéma de Donzelli prend tout son sens. Pas besoin de jouer, d’en faire des tonnes pour émouvoir, la situation et les textes suffisent largement.

Ce qui est fascinant chez Donzelli, c’est sa capacité à ne pas prendre des gants pour dire les choses. Ainsi, tous les personnages sont odieux et ne font pas dans la dentelle jamais. Ainsi, la cousine borgne, n’a aucune pitié et laissera Adèle dormir par terre sans aucun remords, le mari n’aura aucun problème à tromper sa femme, et Paul n’aura aucun mal à être très direct avec Adèle… Ici les sentiments ne sont pas ménagés et les personnages sont plein de contradictions et d’ambiguïté. Rarement on avait vu autant de sincérité au cinéma.

Le film baigne dans un espèce de climat humoristique bien maîtrisé qui nous pousse à comparer La Reine des Pommes avec le cinéma de Tati ou d’Honoré pour son côté chantant et mélancolique.

La Reine des Pommes est aussi une sympathique critique des couples qui s’enferment dans leur histoire. Adèle n’est plus rien sans Mathieu. Elle n’a jamais rien fait sans lui et l’idée de devoir se gérer l’affole complètement. Elle ne sait même pas se servir d’un téléphone portable. Elle doit apprendre à faire les choses d’elle-même, à grandir, à devenir quelqu’un à part entière et non plus la femme d’un autre. Candide, Adèle va enfin découvrir le monde et ses petits aléas.

Valérie Donzelli fait parti de ces gens qui, à l’écran, dégagent un charme fou. Le duo avec Elkaïm fonctionne à merveille et ils font à l’écran (comme à la vie) des étincelles.

La Reine des Pommes n’en oublie pas d’être profondément triste et mélancolique. La rupture bien que très rapide se fait sur la pénétrante voix d’Elkaïm est des plus bouleversantes. Une simple lettre et voici notre Adèle nationale au fond du trou, criant, suppliant son amour de ne pas partir. Ces premières minutes sont les plus fortes du film et suscitent en nous des émotions très fortes. Le difficile retour à la vie est également une belle réussite, d’autant plus grâce à cette espèce d’indifférence environnante. Un monde qui continue de tourner alors que pour une personne tout s’est effondré. La pitié n’a pas sa place, il faut avancer ou du moins ne pas sombrer, attendre que le ciel se découvre. Fascinant.

Quand à la fin du film elle est des plus ingénieuses. Adèle passe enfin à autre chose et voit un de ses prétendants sous sa véritable apparence et Mathieu n’est plus qu’un lointain souvenir. Brillant !

La Reine des Pommes est un film incroyablement novateur, qui pose les bases d’une cinéaste qui monte en puissance. Passez le côté déroutant, et vous aurez un film d’une grande humanité, très humble et profondément moderne. Un premier essai bien prometteur !

M.

Share This:

2MuchPoney

  • http://www.pinkfrenetik.com/Blog Pinkfrenetik

    En effet, La Reine Des Pommes est très novateur et frais ! On peut voir d’ailleurs quelques prémices à La Guerre Est Déclarée.

    Le premier court-métrage de Valérie Donzelli « Il Fait Beau Dans La Plus Belle Ville Du Monde » est visionnable ici ! http://www.6nema.com/balthazarprod/court-metrage/il-fait-beau-dans-la-plus-belle-ville-du-monde-3174

    • http://www.2muchponey.com 2MuchPoney

      Merci infiniment pour ce lien Pinkfrenetif.
      Je viens de le regarder, c’est rigolo elle s’appelle Adèle ds le court et je trouve qu’on voit bien les bases de son cinéma. Valérie Donzelli a vraiment un style à elle, très affirmé! Je suis fan!

  • http://www.pinkfrenetik.com/Blog Pinkfrenetik

    Moi aussi je suis fan et depuis La Reine Des Pommes je scrute à peu près tout sur son parcours avec Jérémie. Il faut que je regarde « 7 ans » où elle fait juste l’actrice.
    J’ai hâte d’être le 31 pour aller revoir La Guerre Est Déclarée <3

    • http://www.2muchponey.com 2MuchPoney

      Tu es un vrai fan ! Moi je ne connais que depuis que j’ai vu La Guerre est Déclarée et j’avoue que ça m’a tellement touchée que je commence à m’intéresser à tout ce qu’ils ont fait avant ! On aura un petit concours d’ailleurs autour du 31 août… Stay tuned!

  • http://www.pinkfrenetik.com/Blog Pinkfrenetik

    J’aurai un concours aussi de mon côté. On est 2 Donzelli-fans donc :)

  • Pingback: B.O : La Guerre est déclarée | 2MuchPoney()

  • Pingback: Concours : La Guerre est Déclarée | 2MuchPoney()


NOUS CONTACTER

Pour toute demande ou proposition
de partenariats, vous pouvez nous contacter
à 2muchponey@gmail.com

Conçu sous Wordpress, hebergé chez OVH.